Clinique
Marcel Sembat

Création de l’association Les P’tits Doudous Marcel Sembat

Article le

Recycler les déchets des blocs opératoires pour apporter réconfort et confiance aux petits patients opérés de la Clinique Marcel Sembat, c’est possible. Comment ? Sans recours à l’alchimie, cuivre, aluminium et inox se transforment en argent aussitôt bien investi!

Création de l’association Les P’tits Doudous Marcel Sembat

Camille sert son doudou tout neuf contre elle, un masque, décoré de gommettes par ses soins, sur son nez. Hugo a quant à lui tout compris du circuit qui le mène de sa chambre à la table d’opération grâce à sa tablette chargée de l’application “Le Héros, c’est toi!”. Même plus peur, tous deux s’engagent pour l’aventure du bloc en vainqueurs! Cet acte d’annihilation des appréhensions créé par l’association Les P’Tits Doudous se met en place aujourd’hui à la Clinique Marcel Sembat, Groupe Ramsay Générale de Santé, pour être opérationnelle dès septembre 2019. Le Docteur Olivier Chamond, initiateur et Président, est accompagné dans sa démarche par le pharmacien trésorier, la secrétaire Anaelle Bregeon (Responsable qualité et gestion des risques de la Clinique) ainsi que par tous les bénévoles des équipes opératoires et de soins.

L’intérêt du recyclage en bloc opératoire

 

Enthousiaste à l’idée d’apporter une nouvelle source de bien-être aux enfants, Anaelle Bregeon nous éclaire sur le circuit vertueux élaboré: “ Le principe de l’Association, qui agit sur un plan national et à laquelle nous adresserons notre rapport d’activité, est de recycler les déchets médicaux du bloc opératoire en réinvestissant cette valorisation en faveur des enfants. En ce qui nous concerne les DAOM ( Déchets Assimilables aux Ordures Ménagères), câbles de bistouris en cuivre, flacons de desflurane, emballages et fils de suture en aluminium, vont être placés quotidiennement dans des bacs collecteurs relevés une fois par mois par un organisme de récupération. Les sommes issues de cette vente nous permettront d’acheter des doudous, deux i-Pad dans un premier temps et des gommettes pour décorer à sa guise le petit masque opératoire fourni par les anesthésistes. Ludiques et bénéfiques, ces petits gestes prétendent à offrir un univers hospitalier moins traumatisant qu’il n’y parait!”.

 

Article précédent

S’unir pour mieux reconstruire

Suite aux nombreux dysfonctionnements engendrés par la situation de monopole du service de Chirurgie Maxillo-faciale et de Chirurgie Plastique de l’Hôpital...

Article suivant

Musicothérapie en milieu hospitalier

Parce qu’à l’hôpital, les heures qui précèdent une opération sont parfois difficiles à vivre pour les enfants, certains établissements de santé comme la...